Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 mars 2015

Oh, perdu, éloigné. II, 2/2

rien dans, et les yeux et la faiblesse bien amère victoire, de rien sur rien, de cous tendus et de peau qui craque, au soir venu au sol tombant on cherche sa joie et on trouve son ironie, un rire triste une figure et une farce, met ton gilet, prends ton panier et verse à terre le lait des serpents, pauvre,

perdu, éloigné.

04 Août 2014.

07:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.