Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 décembre 2014

Au soleil. 6/6

il sourit sa chance. A la marche forcée, à l’ennui déposé, il songe un jour de ciel gris, il songe et au soleil endormi, sans rien devant, sans rien autour qu’un petit brouillard sur la peau, un tout petit frisson et tout encadré et posé, une petite branche écorcée et plaintive, ils restent à terre

les noyaux des fruits desséchés, un rêve. Affreusement cette vie est passée.

20 Juillet 2014.

07:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

"Oiseau tranquille au vol inverse oiseau
Qui nidifie en l’air
A la limite où brille déjà ma mémoire
Baisse ta deuxième paupière
Ni à cause du soleil ni à cause de la terre
Mais pour ce feu oblong dont l’intensité ira s’augmentant
Au point qu’il deviendra un jour l’unique lumière"

G. Apollinaire


1-2-3-4-5-6 soleil ... c'est mélancoliquement beau ... comme un rêve, un frisson, un songe, un brouillard... cette petite chose effleurée,desséchée et passée.

Belles pensées vers vous

Écrit par : Maria-D | 20 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.