Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07 décembre 2014

Pour tout combler. 1/8

Il avance, on y va, on attache le temps, au loin la vie errante, tout attire et tout charme, il est plaisant et trace au ciel un doux frisson. Il n’est ligne, il n’est chanson où tout vire et se dépose. Ô, le temps compté, la mémoire nue, les œuvres oubliées, le ciel abandonné. Il chante et frissonne,

19 Juillet 2014. 

07:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

"Au fond du cœur, au fond de notre cœur, un beau jour, le beau jour de tes yeux continue. Les champs, l’été, les bois, le fleuve. Fleuve seul animant l’apparence des cimes. Notre amour c’est l’amour de la vie, le mépris de la mort. A même la lumière contredite, souffrante, une flamme perpétuelle. Dans tes yeux, un seul jour, sans croissance ni fin, un jour sur terre, plus clair en pleine terre que les roses mortelles dans les sources de midi."

Paul Eluard / Donner à voir

Écrit par : Maria-D | 07 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.