Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 juin 2014

Pourtant il en reste. 2/8

rien ne me lie, nous sommes dénoués pour toujours et toujours liés. La chaîne du paraitre, le soupçon d’odeur, mais était-ce agréable, était-ce quelque chose pour vivre. Je ne sais plus et quand et où, tout soufflait, le vent sur les murailles, les noms entre les pierres, l’avenir à venir et à la vie,

05 Août 2013.

07:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.