Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27 mars 2014

Pensées d'avant. 1/3

Pour y croire et connaître sans raison, sans erreur, le fond et toute chose, les germes mélangés, le ciel évanoui, la clarté vive, les fleurs ouvertes, ils tirent et lancent au ciel des pierres et des grains, lumière en souvenirs et trésors de l’ombre, ils enlacent et donnent des miroirs aux absents.

Y étiez vous hier, y serez vous un jour, pour y croire et porter le poids de toutes choses, toutes sues avec le cœur ou devinées simplement, toutes choses connues, reconnues, souhaitées. Au ciel sont toutes les roses, les mains tendues, les cœurs absents, ils manquent et plus rien n’appelle ni ne prend, ils sont évanouis au loin, près des étoiles, au loin, au près ils sont, ils sont et posés et pensés et rêvés et conclus.

Ils y sont et on croit et on craint, sagesse folle et vanité vraie, les tourments et la confusion, le mérite et le courroux. Qui d’eux tous déclenche les aurores, qui éteint le jour et dépose la nuit.

27 Juillet 2013.

07:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.