Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 décembre 2013

Figure, tu te redresses encore. 3/3

III

Il se cherche, il appelle et reprend le souffle, pour raisonner, pour comprendre et demeurer droit dans le tracas qui court.

Il est à déplacer le sable et les gravats et la peau griffée de coquilles, sur les mains, sous les pieds, il coule le lait de figues vertes, pour brûler encore la peau et les raisins il mange, il dévore et dévaste le calme.

Il fuit le repos sur la rive, il n’y a plus un pas pour le porter, il se cherche, il inquiète, les pas trop lourds, les mains sont arrachées, la vie lui va, il se préserve, il s’invente un jour nouveau, une saison, mais amère. Il se reprendrait, il en aurait un sincère remords. La vue au loin, la ligne est calme et il inquiète. Oh, vivre le temps compté, les erreurs, les crimes accumulés, le mensonge toujours la vue sur les collines et devant, bien devant on marche et on se tait. Raisins dévorés les oiseaux volent et réduisent la vendange sans joie, tristesse inutile sur le devant, perdue sur le temps sans arrêt.

Il se cherche et il interpelle, avance, avance et vois venir et viens et souffle, petit amour perdu, petite peur tenue.

IV

Il entend au ciel les oiseaux chanter : vous serez, toujours seuls et plus petits encore.

22 Août 2012.

10:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.