Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02 décembre 2013

Figure, tu te redresses encore. 1/3

I

Tristesse, pour mentir vraiment sur le temps passé, et où sont-ils donc. Il se cherche et il interpelle : avance, avance et vois venir.

Viens, souffle et supporte, accepte et recommence, recommence, embrasse l’horizon et cherche les mensonges, le vrai mentir, la peur et tu soupires et tu acceptes et tu comptes.

Le temps est bien passé, les fleurs retiennent les balcons, colombes infortunées, jetées, à la dérive je flotte et m’interpelle, où est-il donc ton temps passé, à coller, à construire feuille à feuille l’arbre de la liberté, tu te submerges et tu interroges le temps par trop compté. La vie dans l’univers, les oiseaux, les feuilles, les branches et les fruits, il manque, il manque le cœur et bat-il donc et soupire-t-il, tu es au retour, tu es à l’événement, tout commence et tout s’achève, les eaux assemblées, la voile, le bateau, le linge au fil pendu, la lumière sous les branches, entends, entends le souffle et pose tes yeux loin à l’horizon.

Au plus loin, au plus tard, à la tourmente, au retour des bras agités, à la ferveur rompue, aux fils tressés, aux cordes de pendus, il se ferme.

22 Août 2012.

10:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Viens souffle les mensonges.

Les branches et les fruits, et les eaux assemblées aux cordes des pendus.

"Deux lignes , trois lignes , neuf lignes, deux lignes, cette forme parle."

Écrit par : Maria-D | 02 décembre 2013

"Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches,
Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous..."
Paul Verlaine

Écrit par : jjd | 03 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.