Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13 octobre 2013

Encore un escalier. III/V.

III.

Ils tirent la langue, les cheveux, les yeux, toute la forme, les grâces, la splendeur, le corps recomposé, les mains perdues aux épaules, aux idées.

Les yeux sans nuances ne voient ni rien, ni haut, ni bas, ni sur le dos, ni sur les mains, ils sont abandonnés, perdus, du haut des marches au bas, tout tourne vers en bas, ils se démènent et rien ne bouge, le temps est fixé, la vie n’avance plus, ils sont au bord, au bord, ils voient le gouffre et commencent.

Ils jettent, ils déplient, ils évacuent et poussent la peur stupide, la crainte indélébile, tache sans nom toujours, toujours les parfums tous et que rien ne se détache, tout est marqué dans l’escalier, à coup de pieds, à coup de temps et d’impatience, ils sont perdus et tout est fixé.

14 Août 2012.

10:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.