Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30 septembre 2011

J’irai vers les oiseaux sauvages. 19/19

On s’enferme et on rompt et la rupture est signe d’alliance, on rompt le pain, on rompt le verre, on rompt la terre cuite, tout est coupé, fendu, brisé, distendu, le royaume se craquèle, il avance à travers ses champs, il chante et écrase l’herbe sous ses pieds, il avance, il a posé son fardeau, il brise les toiles d’araignées, il est géant, il est puissant, il conte la rupture,  la rupture est signe d’alliance, en fera-t-il encore un pas, en fera-t-il encore un rêve, sa marche est suspendue, le vent est vent, l’air est dans l’air, l’eau est dans l’eau, les papillons dans l’air, jaunes et bleus, le liseron rose, le liseron blanc, il avance se promène et se détend et déride les muscles un à un, il chante dans le vent, il soupire, il se complait, il se frappe de mots, d’un mot à l’autre, d’une image à une autre : une clef à briser, un air à enchanter, il faut dire la vie est simple, la vie est calme, la terre est dure, l’air est dans l’air, le ciel est bleu, le soleil est chaud, l’air, la terre, le feu et l’eau, l’eau est si proche, si verte et pleine, pleine de tout, et imbuvable, l’herbe est riche et verte et immangeable, l’air est dans l’air, il est irrespirable et la vie est invivable, et pourtant le fardeau est posé, et la vie irrespirable, invivable et douloureuse et calme et lente, le temps passe avant de passer ailleurs, on s’éveille, on se réveille de ce rêve éveillé, il suffit de se dire suis je le roi de ce royaume, suis-je perdu, sous le ciel, le soleil bleu et tout se mélange, il y a rupture et donc il y a alliance, et d’autres se disaient que la trahison vient juste après le plus haut de l’amour, au sommet il y a la trahison et la rupture est signe d’alliance, c’est la clef, un pot rompu, des années de bonheur, un miroir brisé des années de malheur, l’herbe foulée pourtant si verte dans la chaleur, les papillons, les liserons roses, les liserons blancs, la vie à resserrer, la clef à oublier, le ton à animer, si grave, si calme, si lent,  mesuré, posé, pour donner de la grandeur aux choses futiles, pour faire accroire,  accroire, pour mentir et le fardeau est posé, la vie est calme, la vie avance, la tête est propre, l’esprit est lavé, le coeur est apaisé, il respire, le papillon jaune vole devant et le roi avance dans son royaume, au loin les hommes chantent, sujets heureux de leur royaume à eux, ils chantent l’été, ils sont en attente, ils espèrent, ils sont contents, la vie est calme et reposée.

16 Juillet 2010.
                                                                      

10:00 Publié dans texte | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

ET LA RUPTURE - rompre le pain du poème -EST SIGNE D'ALLIANCE




Ils te croiront mort - les bourgeois sont bêtes -

Va vite léger peigneur de comètes!

Tristan Corbière



Bien qu'il se décline ligne à ligne

le poème

rompt toute linéarité narrative


Il nous veut d'abord disponible...

et absent En alerte et en "oubli"


Une aire où s'affrontent

nos bienheureuses contradictions:

l'un et le multiple, le même et l'autre...

Et un espace où, faute de mieux,

il faut ruser et puiser

dans le thésaurus poétique


Ligne à ligne

Manifestant ces instants rares

où ce qui n'est plus est aussi

cette ressource infinie

d'avoir été

Écrit par : jjdorio | 30 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.